Vos nouvelles

Close X

J’ai découvert une équipe magnifique

Bienvenue à L’Uni-Verre !!!

un vrai party

Le Bistro Bar l’Uni-VERRE a pignon sur rue en plein cœur du centre-ville de St-Jérôme au 285 rue St-Georges (coin de la Gare). C’est un endroit merveilleux où il fait bon manger, boire, discuter et se divertir dans une ambiance amicale, chaleureuse et cosy, digne de l’ambiance du Vieux-Québec et du Vieux-Montréal.

Venez profiter de nos deux terrasses, l’une qui est située sur la rue principale où ça bouge et l’autre à l’arrière dans une cour intérieure très intime aux allures des bons bistros français.

On y sert à partir de 16 heures notre menu bistro et notre fameuse fondue du bistro.

On peut vous offrir la fondue trois ou quatre services sur réservation.

On peut vous faire un coin réunion pour un 4@7 en groupe.

Que dire des spéciaux dans nos 4@7, 7 jours sur 7 où la bière bouteille, le fort*, le verre de vin* et le verre de sangria (rouge, blanche ou rosée). Sans oublier notre 10onces de bière en fût.

Que dire des soupers soirées musicales de 18 heures à 22 heures du mercredi où chansonniers/bluesmen/jazzmen se succèdent et ajoutent des notes délectables aux oreilles des gens dont les papilles gustatives sont comblées.

Une belle carte des vins avec importation privée est invitante et les coûts sont abordables.

Et que dire de l’excellence du service et de l’accueil sinon qu’une visite au Bistro Bar l’Uni-VERRE vous convaincra de revenir.

*produits sélectionnés

 

www.facebook.com/LUni-VERRE-Bistro bar

Close X

Pourquoi nous mangerons tous des insectes en 2050

Deux milliards d'humains mangent déjà des insectes dans le monde / adambermingham via Flickr CC License by.

Deux milliards d’humains mangent déjà des insectes dans le monde / adambermingham via Flickr CC License by.

Vos grillons, vous les aimez en macarons? Et vos sauterelles, sous forme de farine? Alors que la FAO vient de vanter le rôle des insectes dans la lutte contre la faim dans le monde, retour sur l’énorme marché potentiel que représente cette forme d’alimentation, chez les animaux comme les humains.

Le ragoût de sauterelles ou la tapenade de larves ne sont pas pour tout de suite, mais selon la FAO, les humains ne vont pas avoir tellement le choix d’ici peu:«Les produits forestiers, insectes compris, sont essentiels à la lutte contre la faim»,a constaté dans un rapport, lundi 13 mai, l’organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture.

En 2050, nous serons en effet 9 millards d’êtres humains sur Terre: «sachant que la superficie des terres agricoles a tendance à reculer, il y a un besoin urgent de trouver de nouvelles sources de protéines», explique Patrick Lhomme, docteur en écologie de l’université de Mons en Belgique. Rappelons qu’entre 1967 et 2010, la consommation de protéines animales a augmenté de 87 % dans le monde.

«Riches en protéines, pauvres en graisse», rappelle le chercheur, les insectes pourraient constituer une de ces solutions pour réduire le problème de la faim dans le monde. Selon la FAO, le niveau de protéines des sauterelles est le même que celui d’une pièce de bœuf, à la différence que la production d’un kilo de sauterelles, par exemple, entraîne «très peu de besoins en eau». De la même manière, ils sont économes en nourriture, selon le docteur Lhomme:

«Pour seulement deux kilos de végétaux, on peut produire un kilo d’insectes, alors qu’il en faut huit pour produire un kilo de viande de bœuf.»

 

Source: FAO

La nourriture animale en pointe

Ce que la FAO recommande pour les humains, en particulier dans les pays en voie de développement, on l’applique déjà au bétail. Et ça urge: l’Union européenne importe 76 % des protéines destinées à l’élevage, notamment d’Amérique du sud. La France elle, importe la moitié du soja qui lui sert à nourrir le bétail hexagonal depuis le Brésil, un mets de choix soumis aux aléas du marché. Le Dr. Lhomme conseillerait donc plutôt de passer à une nourriture à base d’insectes:

«Au niveau écologique, cela pourrait limiter la surpêche (car moins de protéines de poisson), la déforestation (moins de protéines de soja brésilien), la destruction des milieux (moins d’élevage et donc moins de gaz à effet de serre).»

C’est toute l’idée portée par une société française, Ynsect, qui travaille sur des farines destinées aux animaux à base de scarabée (Tenebrio molitor, notre ver de farine) et de mouche (Hermetia illucens). Son fondateur, Jean-Gabriel Levon, n’exclut pas de passer un jour à la production pour l’alimentation humaine sous forme de farines — plus faciles à intégrer. Pour le moment, l’entreprise travaille sur de la nourriture en poudre destinée à l’élevage de poissons ou de volailles. Une solution qui, pour ne rien gâcher, permettrait donc de faire baisser les importations:

«L’insecte n’est pas la solution miracle mais peut clairement apporter sa pierre en diversifiant les sources d’approvisionnement en protéines et en relocalisant la production près de sa source.»

Et chez les humains?

Plus de deux milliards d’êtres humains utilisent déjà les insectes dans leur alimentation, en Asie, Afrique et Amérique latine. Et dans le monde occidental, on se gavait déjà des larves de scarabées chez les Romains ou les Grecs, à l’heure de l’apéritif.

Aujourd’hui, il existe un double blocage: culturel et gustatif. Depuis une dizaine d’années, les chercheurs européens essayent de produire des farines d’insectes que l’on pourrait intégrer à de la tapenade, des sauces ou des barres énergétiques par exemple. C’est le cas à l’école d’agronomie de Gembloux, en Belgique, qui cherche de nouvelles solutions en la matière. En Chine, où l’obstacle culturel n’existe pas, la production industrielle de ces farines a débuté depuis longtemps déjà.

La France n’est pas particulièrement en avance, mais la situation bouge avec l’initiative de la société toulousaine Micronutris, qui promet du 100% bio et vend des insectes déshydratés tout plats, qui ressemblent moins à des insectes vivants. L’entreprise propose aussi des farines à intégrer dans n’importe quel plat. Mais cela reste destiné à une clientèle, celle du bio, qui est plus sensible à ces problématiques.

En Europe, un problème de taille subsiste, c’est que la diffusion à grande échelle d’insectes dans notre alimentation nécessite une autorisation de mise sur le marché, qui devrait arriver dans un futur proche, estime le Dr. Lhomme. Le ministère de l’Agriculture «suit et étudie ces questions de très près», mais ajoute qu’il est sans doute trop tôt pour réglementer cette filière, par manque de recul. En attendant que la production à l’échelle industrielle ne soit une réalité, les autorités ont décidé de ne pas réglementer la vente et la consommation de ces nouveaux aliments.

Tout comme pour les champignons, «il faut distinguer les espèces comestibles des toxiques, mais c’est pour bientôt», explique le scientifique. En matière de goût aussi, le choix est large: on évoque souvent un parfum de noisette — qui disparaît rapidement en bouche —, mais là encore cela dépend de l’espèce.

Pour une consommation telle quelle, ce sont les orthoptères (grillons, sauterelles et criquets) qui tiennent la corde, car ils sont faciles à cuisiner et prennent facilement le goût des aliments qui les accompagnent. Qui sait, peut-être dans un futur proche posséderons nous tous la bible de la cuisine des insectes, qui nous permettra de nous régaler au dessertde macarons aux grillons.

Pierre Breteau

Dans Indiana Jones et le Temple maudit, les scarabées sont un mets de choix.
Close X

Les insectes comestibles, ça peut rapporter gros

CRÉÉ : 31-05-2015 12:54

ECONOMIE – La société toulousaine spécialisée dans les produits alimentaires à base d’insectes, souhaite lever 500 000 euros via une campagne de financement participatif pour accroître sa capacité de production et étoffer sa gamme.

Micronutris est l'un des rares acteurs du secteur à maîtriser la totalité de la chaîne de production, de l'élevage à la commercialisation des insectes.

Micronutris est l’un des rares acteurs du secteur à maîtriser la totalité de la chaîne de production, de l’élevage à la commercialisation des insectes.

Close X

$$$ BULLETIN SPÉCIAL $$$

Infolettre mensuelle de l'Association des restaurateurs du Québec

Mercredi 20 mai 2015                                                                                       

$$$   BULLETIN SPÉCIAL   $$$

Des rabais exclusifs aux titulaires de permis d’alcool à la SAQ!

Bonne nouvelle! Du 25 mai au 4 juin prochain, la SAQ offrira des rabais exclusifs aux titulaires de permis d’alcool sur sept bouteilles de spiritueux (voir ci-dessous)! Pour la première fois, un rabais escalier vous est offert : plus vous achetez, plus vous économisez!

L’Association des restaurateurs du Québec (ARQ) a multiplié les échanges avec la SAQ ces dernières années pour que l’industrie puisse bénéficier de rabais volume. C’est donc une demande historique de votre Association à laquelle la SAQ répond positivement aujourd’hui.

Comme en février dernier lors de la première campagne de rabais, nous vous invitions à profiter au maximum de cette promotion. En cas de réponse positive de l’industrie, la série pourrait se poursuivre, avec à la clé, des rabais sur le vin.

Les titulaires de permis pourront effectuer leur commande dans toutes les succursales les desservant, dans les succursales Payez et emportez et auprès des centres d’appels SAQ Restauration.

ASSOCIATION DES RESTAURATEURS DU QUÉBEC (www.restaurateurs.ca)
Se désinscrire des envois de cet expéditeur
Association des restaurateurs du Québec
6880, Louis-H.-La Fontaine, Montréal, Québec, H1M 2T2, Canada
514-527-9801
www.restaurateurs.ca

 

Close X

LES ÉVÉNEMENTIELS

          

Un événement qui marque le temps

Placement PQR est une entreprise d’intérim et de travail temporaire qui fait de vos événements les plus importants, vos moments les plus précieux.

Spécialisé dans les événements qui vous sont chers, nous somme la crème des événementiels. La spécialité de notre entreprise est de former nous même notre personnels, ce qui vous assure en tout temps une main d’oeuvre exceptionnel. Nous mettons à votre service notre savoir-faire pour vous permettre une grande souplesse dans la gestion de votre journée de rêve.

Dans un contexte économique très fluctuant, recourir à une agence d’intérim est l’assurance de pouvoir s’adapter à la réalité du marché.

Nous vous proposons donc de vous présenter nos différents services. Prestations dont vous pouvez bénéficier lors d’un rendez-vous à votre convenance.

Dans cette attente, je vous prie d’agréer, l’assurance de notre haute considération.

Les Événements-Ciel…

Main-d’œuvre de haut calibre maîtrisant tous les aspects de vos événements.

Vous désirez nous confier l’entière responsabilité d’un Service hors pair laure d’un événement à Montréal, dans les Laurentides ou n’importe où au Québec? Vous avez simplement besoin d’un traiteur, d’un chapiteau pour un événement extérieur ou d’un DJ pour animer la soirée? Peu importe le type d’événement corporatif – Party de noël, Cocktail, Conférence, Réunion, Congrès, Gala et autres – L’agence Placement PQR s’engage à en faire un succès sur toute la ligne.

 Soyez reconnu comme l’organisateur de cette soirée fantastique dont vos invités garderont unexcellent souvenir.

Appelez-nous pour en savoir davantage sur nos nombreux services :  450/675/7577 ou  Contactez-nous !

VOTRE RÉCEPTION DE MARIAGE !

Un événement unique comme un mariage mérite une attention toute particulière sur la qualité du service. L’agence Placement PQR offre une équipe de service Haut de Gamme pour votre réception de mariage à Montréal, dans les Laurentides et partout au Québec, ainsi qu’une large gamme de services professionnels pour organiser votre mariage de rêve : DJ, animateur et maître de cérémonie, sonorisation et éclairage, photographe, vidéaste, décoration, salle de réception, traiteur et location de chapiteau, etc. Laissez-nous vous assister dans la planification de votre mariage idéal !

 BAL DES FINISSANTS !

L’agence Placement PQR, via sa division L’événement-ciel, offre des services et forfaits d’animation abordables pour l’organisation de bal de finissants. Mettez-en plein la vue tout en respectant votre budget! Que vous souhaitiez mettre l’emphase sur l’animation et l’aspect « party » avec nos nombreuses exclusivités, le décor, la musique ou un concept original en particulier, nous nous engageons à organiser un bal réussi dont vos finissants se souviendront toute leur vie.

Grâce à notre expertise et notre réseau de professionnels en organisation de bal de finissants, rien ne sera laissé au hasard pour assurer la réussite de votre soirée.

Appelez-nous pour en savoir davantage sur nos nombreux services :  450/675/7577  ou  Contactez-nous !

 

Close X

5 recettes originales de mojito pour toi et tes amis cet été

Qui dit arrivées de l’été dit aussi que tu as envie d’essayer de nouveaux drinks… Tes bons vieux cocktails ont beau être pas pires, te renouveler ne ferait pas de mal et je sais que tu as envie d’expérimenter et de sortir des sentiers battus.

Si tu adores les mojitos, mais que tu voudrais sortir un peu des sentiers battus en essayant une variante de ce fameux cocktail, voici 5 nouvelles recettes super originales et rafraîchissantes que tu voudras essayer cet été quand les 30 °C vont débarquer à Montréal!

Et si tu préfères la sangria clique ici!

Mojito-grenade

Crédit photo – Colleen Graham

1. Mojito à la pomme grenade

Ce qu’il te faut pour un drink :

  • 45 ml de rhum blanc
  • 30 ml de sucre
  • Le jus d’une lime
  • 30 ml du jus de pomme grenade
  • Du club soda
  • 2 brins de menthe fraîche
  • Des arilles de pomme grenade
  • 1/8 de lime
  • Des glaçons

Comment tu fais :

  • Mettre le rhum, le jus de la lime, le sucre et le jus de pomme grenade dans un verre, puis bien mélanger
  • Écraser les feuilles d’un des brins et ajouter au verre en brassant
  • Verser un peu de club soda, au goût, avec quelques glaçons
  • Pour la décoration, ajouter quelques arilles, le huitième d’une lime et les feuilles du brin restant

Ma source


Mojito-Lychee1

Crédit photo – The little ferraro kitchen

2. Mojito au litchi et gingembre

Ce qu’il te faut pour un drink :

  • 60 ml de rhum blanc
  • 1/2 tasse de sucre blanc
  • 1/4 de tasse d’eau
  • 1,5 cm de gingembre frais
  • 1/4 de tasse de jus de litchi
  • De l’eau pétillante
  • Quelques tranches de concombre épluché
  • Des brins de menthe
  • Des glaçons

Comment tu fais :

  • Dans une casserole, verser l’eau et le sucre, puis amener à ébullition à feu moyen
  • Ajouter le gingembre lorsque le sucre s’est dissout et laisser mijoter pendant une dizaine de minutes en l’ayant retiré du feu
  • Verser 60 ml du sirop obtenu dans un pot masson
  • Ajouter au pot 4 tranches de concombre et quelques feuilles de menthe
  • Écraser la menthe contre les tranches de concombre avec le dos d’une cuillère de bois
  • Verser dans le pot masson le sirop de gingembre, le rhum blanc, le jus de litchi et les glaçons
  • Remplir avec l’eau pétillante, puis décorer avec les tranches de concombre et les feuilles de menthe restantes

Ma source


Mojito-bleuets1

Crédit photo – The Novice Chef

3. Mojito aux bleuets

Ce qu’il te faut pour un drink :

  • 1/2 tasse de bleuets
  • 60 ml de rhum blanc
  • 5 feuilles de menthe fraîche
  • 2 cuillères à soupe de sucre
  • Le jus d’une lime
  • 90 ml de club soda
  • Des glaçons
  • Quelques bleuets supplémentaires
  • 1/8 de lime
  • Un blender

Comment tu fais :

  • Broyer les bleuets dans le mélangeur
  • Mettre les feuilles de menthe et le sucre dans un verre, puis écraser avec le bout d’une cuillère en bois
  • Ajouter le rhum blanc, le jus de lime et la purée de bleuets dans le même verre et bien remuer le mélange
  • Verser le club soda et quelques glaçons au verre et brasser le tout
  • Décorer avec le morceau de lime, quelques bleuets et un brin de menthe

Ma source


Mojito-noix-de-coco

Crédit photo – How Sweat Eats

4. Mojito glacé à la noix de coco

Ce qu’il te faut pour un drink :

  • 1/2 tasse de rhum à la noix de coco
  • 1/4 de tasse de lait de coco en canne
  • 30 ml d’eau de coco
  • 30 ml de club soda
  • 30 ml de sucre
  • 30 ml d’eau
  • 3 feuilles de menthe fraîche
  • Le jus d’une moitié de lime
  • 3 brins de menthe, dont 2 coupés en morceaux et 1 gardé entier
  • 3/4 de tasse de glaçons
  • Un mélangeur
  • Une tranche de lime

Comment tu fais :

  • Dans une casserole, ajouter le sucre, l’eau et les 3 feuilles de menthe, porter à ébullition à feu moyen et remuer jusqu’à ce que le sucre se dissout
  • Baisser le rond à température basse, retirer du feu et laisser refroidir pendant une quinzaine de minutes
  • Mettre dans le mélangeur le sirop obtenu, le rhum, le lait de coco, l’eau de coco, le club soda, le jus de lime, les brins de menthe et les glaçons, puis broyer le mélange
  •  Verser dans un verre et décorer avec la tranche de lime et le brin de menthe

Ma source


Mojito-kiwi-e1430796765238

Crédit photo – Host The Toast

5. Mojito aux fraises et kiwis

Ce qu’il te faut pour un drink :

  • 1/2 tasse de fraises congelées coupées
  • 1/2 tasse de kiwis congelés coupés
  • 30 ml de sucre
  • 3 feuilles de menthe fraîche
  • 60 ml de rhum blanc
  • 1 tasse de glaçons
  • Quelques morceaux de fraises et de kiwis
  • Quelques feuilles de menthe fraîche
  • Un blender

Comment faire :

  • Mettre les fraises, 15 ml de sucre, 2 feuilles de menthe, 30 ml de rhum et 1/2 tasse de glaçons, puis broyer jusqu’à ce que la texture du mélange ressemble à celle d’une slush
  • Verser le tout dans un verre haut
  • Mettre les kiwis, 15 ml de sucre, 1 feuille de menthe, 30 ml de rhum et 1/2 tasse de glaçons, puis broyer jusqu’à ce que la texture du mélange ressemble à celle obtenue à la 1re étape
  • Verser le tout par-dessus le mojito obtenu précédemment sans mélanger pour qu’on voit bien la séparation des deux mélanges
  • Décorer avec des morceaux de kiwis et de fraises ainsi qu’avec les feuilles de menthe

Plus de cette auteure

Veronique Beland

Véronique est une étudiante à temps plein au Collège de Maisonneuve en sciences humaines. Elle adore la lecture (surtout les romans de Musso), la musique en tous genres mais surtout le folk rock et tout ce qui a rapport aux zombies.

par  Veronique Beland  5 mai 2015 ·
Close X

Quand un client satisfait compte pour vous. Placement PQR une solution à votre service !

Bonjour à toute mes nouvelles relations c’est avec un grand plaisir que je vous accueil dans notre cercle d’affaire.

placementpqr.com offre des services spécialisés en formation et en placement de personnel qualifié en restauration. Nos services s’adressent aux restaurateurs qui désirent acquérir une main-d’œuvre de haut calibre maîtrisant parfaitement tous les aspects de la restauration dont le service hors pair et les meilleures techniques de vente. De plus, nous sommes la seule agence à former vos employés directement sur place pour les besoins spécifiques des restaurateurs et de leurs enjeux.
Donc c’est avec assiduité que nous vous suivrons.
Bonne journée et Bon service !

slide2

Je vous invite également à demeurer à l’affût de Placement PQR sur les médias sociaux.

Facebook: www.facebook.com/leppqr
Linkedin: ca.linkedin.com/in/placementpqr
Site: www.placementpqr.com

image_FINAL_retouche

 

                           Inscrivez-vous c’est Gratuit !

   

Close X

Piétonnisation de la rue Sainte-Catherine, gagnant pour les commerçants

CAMILLE GAÏOR
MISE à JOUR

L’ouverture jeudi de la piétonnisation de la rue Sainte-Catherine ne fait pas que des heureux chez les commerçants puisque certains peinent à tirer leur épingle du jeu.

«Ça ne nous ramène pas vraiment plus de monde et avec le coût de la location de l’espace pour la terrasse qu’on doit payer à la Ville, il n’y a pas d’impact», estime Syed Moin Uddin, propriétaire du restaurant Tabla depuis 12 ans, à la veille de l’ouverture pour une 10e année, de la rue Sainte-Catherine aux piétons.Selon lui, la piétonnisation et l’installation d’œuvres publiques ne suffisent pas à créer un réel intérêt du public. «C’est devenu juste un lieu de passage, il faudrait développer davantage d’activités festives, des concerts par exemple.»Au Resto FantAsie, la propriétaire Phuong Nguyen estime aussi que le prix des terrasses dessert l’événement. «En plus, on est obligé de mettre une terrasse, sinon, à côté des autres terrasses, on passe inaperçu». Installée depuis 10 ans, elle ne trouve pas l’opération rentable. «C’est une bonne chose pour les clients, c’est agréable pour eux. Pour nous, ça ne change pas grand-chose, il n’y a pas vraiment plus de monde et finalement ça nous coûte de l’argent.»
Une question de survie
       Plusieur images de nouriture

D’autres, au contraire, se réjouissent de l’arrivée des boules roses et de la fermeture de cette portion de l’artère.

«Durant cette période, j’ai au moins 50 % de plus de clients, indique Zohar Bardai, propriétaire du café Lallouz. Sans cet événement, nous aurions probablement fermé.»

Chez Taco & Loco aussi, les résultats financiers dépendent largement de la piétonnisation de la rue, puisque plus de 75 % du chiffre d’affaires est réalisé durant cette période.

Pour Denis Brossard, président du conseil d’administration de la Société de développement commercial (SDC) du Village, la piétonnisation est devenue vitale. «C’est vraiment le poumon économique du Village, un coussin nécessaire pour permettre aux commerçants de passer à travers les hivers.»

La SDC affirme n’avoir aucune donnée sur l’impact financier de l’événement. :«Si ce n’était pas intéressant, on ne reviendrait pas d’année en année», de conclure Bernard Plante, directeur général de la SDC.

La rue Sainte-Catherine sera fermée à la circulation, entre la rue Saint-Hubert et l’avenue Papineau, jusqu’au 7 septembre.

source: www.journaldemontreal.com/

Close X

Le PoutineFest débarque dans le Vieux-Port de Montréal

MÉLODIE LAMOUREUX

MISE à JOUR

 

La poutine sera au cœur d’un évènement gourmand cet été dans le cœur du Vieux-Port de Montréal.

Organisé par le restaurant Le Smoking BBQ, le PoutineFest offrira aux gourmands la possibilité de goûter des dizaines de variantes de ce plat.

Si la PoutineWeek, qui a normalement lieu au mois de février, attire des milliers d’adeptes, le PoutineFest risque de connaître une popularité similaire. Selon la page Facebook de l’évènement, 18 000 personnes ont déjà confirmé leur participation au festival de la poutine.

Pour le moment, encore peu d’informations ont été dévoilées sur le déroulement de l’évènement. Le nom des restaurants participants ainsi que les heures seront confirmés dans les prochaines semaines.

Une chose est sûre, le Vieux-Port de Montréal risque d’être bondé du 3 au 5 juillet prochain. Le PoutineFest débarque dans le Vieux-Port de Montréal

source: http://www.journaldemontreal.com/2015/04/08

Close X

POURQUOI LES RESTAURATEURS MANGENT… LEURS BAS !

Mon travail m’amène à fréquenter plusieurs restaurateurs. Et on constate que la majorité attendent le client. Certains sont magnifiques. Mais pourquoi la clientèle est-elle inexistante? Je sais maintenant pourquoi.

∼La semaine dernière je revisitais un magnifique restaurant italien qui a pignon sur rue en plein centre-ville de Montréal. Aux murs des boiseries avec en appliques de jolis abat-jour. La table d’hôte à 50 dollars, qui pour un restaurant classe de cette sorte est tout ce qu’il y a de correct. Le personnel mature et d’expérience se comportait avec une bienveillance presque émouvante. Et pourtant, en ce vendredi soir de belle soirée d’été, c’est à peine s’il y avait quinze clients. Pourquoi?

Restaurant beau décor

Je parlais de ça avec le philosophe de Montréal, qui a trouvé la clé de l’énigme qui me taraudait tant. C’est que le client est considéré comme un *revenu qui s’empiffre, paye et au revoir la visite. On lui fait un petit numéro d’accueil mais c’est à peine. Le client qui paie l’ardoise va se faire prendre une fois mais il ne reviendra plus. Or, comme me disait mon pote, il faut absolument que le patron du resto, ou une personne bien formé et qui à la flamme, soit dans la salle tous les jours que celui-ci est en opération. C’est sans doute une vocation, mais j’en connais de bien pires.

 

Car le couple qui va débourser près de 300$ manque cruellement de l’essentiel, la reconnaissance. C’est certain qu’on peut expliquer la crise dans la restauration par plein d’autres facteurs comme la hausse du coût de la vie, l’endettement de la population, le manque de stationnement, trop de restaurants et plus qu’à New York, et quoi encore. Mais il n’en demeure pas moins que peu importe les époques, les gens voudrons toujours s’aimer, et de temps à autre voudront se faire des sérénades ailleurs qu’à la Belle Province.

staff_avec_ecusson1

placementpqr.com

 

Source: www.lametropole.com