Témoignage

Close X

J’ai découvert une équipe magnifique

Bienvenue à L’Uni-Verre !!!

un vrai party

Le Bistro Bar l’Uni-VERRE a pignon sur rue en plein cœur du centre-ville de St-Jérôme au 285 rue St-Georges (coin de la Gare). C’est un endroit merveilleux où il fait bon manger, boire, discuter et se divertir dans une ambiance amicale, chaleureuse et cosy, digne de l’ambiance du Vieux-Québec et du Vieux-Montréal.

Venez profiter de nos deux terrasses, l’une qui est située sur la rue principale où ça bouge et l’autre à l’arrière dans une cour intérieure très intime aux allures des bons bistros français.

On y sert à partir de 16 heures notre menu bistro et notre fameuse fondue du bistro.

On peut vous offrir la fondue trois ou quatre services sur réservation.

On peut vous faire un coin réunion pour un 4@7 en groupe.

Que dire des spéciaux dans nos 4@7, 7 jours sur 7 où la bière bouteille, le fort*, le verre de vin* et le verre de sangria (rouge, blanche ou rosée). Sans oublier notre 10onces de bière en fût.

Que dire des soupers soirées musicales de 18 heures à 22 heures du mercredi où chansonniers/bluesmen/jazzmen se succèdent et ajoutent des notes délectables aux oreilles des gens dont les papilles gustatives sont comblées.

Une belle carte des vins avec importation privée est invitante et les coûts sont abordables.

Et que dire de l’excellence du service et de l’accueil sinon qu’une visite au Bistro Bar l’Uni-VERRE vous convaincra de revenir.

*produits sélectionnés

 

www.facebook.com/LUni-VERRE-Bistro bar

Close X

Pourquoi les restaurants fleurissent en ville ?

Les enseignes de restauration fleurissent en ville où des investisseurs n’hésitent plus à mettre beaucoup d’argent sur la table. Simple épiphénomène ou signe d’une tendance durable?

Subway, Châtellerault Coupole, Caribou Café, pour les derniers projets en date. Les enseignes de restauration fleurissent ou valsent, c’est au choix, à Châtellerault.

La ville n’a peut-être jamais été autant pourvue en établissements en tous genres qu’il s’agisse de la restauration classique ou de la bouffe rapide (voir ci-dessous). Au point qu’on se demande comment tout ce petit monde peut vivre.
Ce qui frappe, c’est que la ville ou plus précisément les investisseurs osent aujourd’hui des projets à plusieurs centaines de milliers d’euros. Preuve que Châtellerault attire de nouveau? Certainement.

restaurant 3

« Ce n’est pas normal que les gens aillent à Poitiers ou à Tours pour casser la graine, clame Dominique Dupain de la direction du commerce à la CCI. Beaucoup de gens par ailleurs ne fréquentent pas Châtellerault car la restauration classique ne leur convient pas. L’idée, c’est de pouvoir faire revenir ces gens en centre-ville. »
Pour le représentant de la chambre de commerce, le phénomène marque une tendance un peu neuve même s’il reste prudent: « Ils tapent tous dans un secteur d’activité compliqué, celui de la restauration. C’est vrai qu’il y a des niches. Le Caribou, par exemple, il apporte quelque chose de nouveau. Je connais bien le gars, je suis sûr qu’il va y arriver. »
Le gars en question, c’est le Poitevin Fabrice Compagnon. Ce grand costaud va installer à Châtellerault, après Poitiers (en 2000), son deuxième « Caribou », dont l’ouverture est prévue en juillet. Ce sera sur le site Alaman, juste à côté du Loft Cinémas. Lui a été convaincu par le site et par la ville. « Il y a l’action de la mairie et l’accueil des gens qui comptent, assure l’intéressé. Et puis, quand on arrive en centre-ville, c’est plutôt joli, Ça crée une ambiance et la confiance des investisseurs. Moi, je suis enthousiaste! »
Fabrice Compagnon ne se plaint pas de la multiplication des projets, loin de là: « Il y a vraiment une émulation qui est en train de se créer. C’est bien qu’on soit nombreux. On est loin d’avoir comblé l’offre localement. »

Se partager le gâteau

Abdelhadi Bakri est aussi d’accord sur ce point. Le patron de Châtellerault Coupole sait qu’il a frappé un grand coup avec l’ouverture de la nouvelle brasserie chic du centre-ville.
« On est pratiquement complet midi et soir. On est très très content des retours qu’on a », savoure-t-il. Mais le plus dur reste à venir: durer. Même s’il est convaincu du potentiel localement. « Rappelez-vous quand il n’y avait que des brasseries sur le boulevard Blossac! Il y a une offre nouvelle à Châtellerault. Nous sommes tous différents les uns et des autres. Inévitablement, l’offre crée la demande. ».
Mais jusqu’à quel point? Il faudra forcément se partager le gâteau.

Les restaurateurs interrogés ont refusé de divulguer le montant de leur investissement.

Franck Bastard
source: http://www.centre-presse.fr/article-384606
Close X

POURQUOI LES RESTAURATEURS MANGENT… LEURS BAS !

Mon travail m’amène à fréquenter plusieurs restaurateurs. Et on constate que la majorité attendent le client. Certains sont magnifiques. Mais pourquoi la clientèle est-elle inexistante? Je sais maintenant pourquoi.

∼La semaine dernière je revisitais un magnifique restaurant italien qui a pignon sur rue en plein centre-ville de Montréal. Aux murs des boiseries avec en appliques de jolis abat-jour. La table d’hôte à 50 dollars, qui pour un restaurant classe de cette sorte est tout ce qu’il y a de correct. Le personnel mature et d’expérience se comportait avec une bienveillance presque émouvante. Et pourtant, en ce vendredi soir de belle soirée d’été, c’est à peine s’il y avait quinze clients. Pourquoi?

Restaurant beau décor

Je parlais de ça avec le philosophe de Montréal, qui a trouvé la clé de l’énigme qui me taraudait tant. C’est que le client est considéré comme un *revenu qui s’empiffre, paye et au revoir la visite. On lui fait un petit numéro d’accueil mais c’est à peine. Le client qui paie l’ardoise va se faire prendre une fois mais il ne reviendra plus. Or, comme me disait mon pote, il faut absolument que le patron du resto, ou une personne bien formé et qui à la flamme, soit dans la salle tous les jours que celui-ci est en opération. C’est sans doute une vocation, mais j’en connais de bien pires.

 

Car le couple qui va débourser près de 300$ manque cruellement de l’essentiel, la reconnaissance. C’est certain qu’on peut expliquer la crise dans la restauration par plein d’autres facteurs comme la hausse du coût de la vie, l’endettement de la population, le manque de stationnement, trop de restaurants et plus qu’à New York, et quoi encore. Mais il n’en demeure pas moins que peu importe les époques, les gens voudrons toujours s’aimer, et de temps à autre voudront se faire des sérénades ailleurs qu’à la Belle Province.

staff_avec_ecusson1

placementpqr.com

 

Source: www.lametropole.com

 

Close X

En quoi les témoignages de vos clients améliorent-ils votre taux de conversion ?

écrit par Aina Ramanantseheno le juillet 10, 2014 
Dans notre précédent article, nous avions listé 6 idées pour obtenir des témoignages de vos clients. Pourquoi est-ce si important d’obtenir ces témoignages et de les mettre en avant sur votre site web?Les témoignages sont une composante essentielle de la “preuve sociale”, un concept de sociologie largement utilisé par les marketeurs. La “preuve sociale” établit qu’un consommateur, lorsqu’il n’arrive pas à se décider sur un produit/service, aura tendance à faire le même choix que d’autres consommateurs plébiscitant ce même produit/service.Par exemple : quand on choisit un restaurant pour la première fois, on aura un a priori positif sur un endroit très fréquenté qu’on considérera comme un bon restaurant. Et à l’inverse, un restaurant vide sera considéré comme moins bon, a priori.